Édito du Directeur Général

Quel bonheur de se rencontrer, d’échanger et de partager après le brutal coup d’arrêt survenu en mars dernier ! L’annonce de notre nouvelle saison s’apparente bien à une renaissance, elle dégage un parfum printanier qui nous semblait bien inaccessible il y encore quelques semaines… Les équipes attachées à la vie de votre Orchestre ont hâte de vous retrouver dès que possible après la coupure estivale !

Tournons-nous tout d’abord vers ceux qui n’ont que trop rarement la possibilité de fréquenter les salles de concert et d’opéra. Vous le savez, le service des Nouveaux Publics travaille assidûment à construire de nouvelles propositions. Plus que jamais, l’Orchestre National Avignon-Provence poursuit sa forte implication à l’attention des jeunes, de la crèche à l’enseignement supérieur, des publics prioritaires et des familles, sur l’ensemble du territoire régional. À cet effet, des dizaines de concerts et répétitions, de la grande formation à la musique de chambre, des œuvres du répertoire à la création, de l’Opéra Confluence à des lieux inédits vous sont à nouveau proposées dans des formes plurielles qui mettent en avant la participation active des publics concernés.

Vous aurez entre autres choix la possibilité de goûter à de sympathiques programmes de musique de chambre ; munis d’un kit de création d’instruments, vos enfants pourront participer aux aventures d’Ondin et la Petite Sirène ; les tout-petits se verront offrir une fable musicale, poétique et rythmée, La première chanson de Tinouga. Quant aux collégiens, ils auront la possibilité de vivre l’épatant Berlioz Trip Orchestra dans le cadre d’un atelier bâti autour d’une application immersive. Cette réflexion sur le numérique, tout comme celle sur l’écologie et l’environnement, marque ainsi notre volonté de nous confronter aux grands défis de notre époque.

Venons-en à la nouvelle saison symphonique qui se déploie début novembre, date à laquelle Debora Waldman unit l’esprit de Gounod à celui, virevoltant, d’un Mozart, tandis que la violoniste Tai Murray aborde un ensorcelant Deuxième concerto de Prokofiev. L’âme russe (cette fois Tchaïkovski) sera encore inscrite au rendez-vous de décembre qui accueille le grand violoncelliste brésilien Antonio Meneses.

Accompagnée du pianiste Daniel Kharitonov, Debora Waldman dirigera en février deux pièces majeures du répertoire symphonique, la Grande Symphonie de Schubert et le célèbre Concerto de Tchaïkovski.

Au cœur de la saison sera enfin donné, en première mondiale, le spectacle envoûtant de Pierre Thilloy, La Femme samouraï. Une fresque musicale tellurique, une symphonie des sens, un véritable opéra de la sensualité, un spectacle d’art total dans lequel se mêlent harmonieusement danses, tambours taïkos et calligraphie. À ne pas manquer !

Où voulez-vous allez ?, questionne Jean-François Heisser dont le programme de mars se révèle d’une grande générosité : à la félicité des Nuits d’été de Berlioz répondent les accents préromantiques de Glück et de Beethoven…

Arie Van Beck accueillera à ses côtés la pianiste Akané Sakaï. En mai, Nicholas Angelich se fera l’ambassadeur de l’élégance française incarnée par Saint-Saëns. Enfin, Debora Waldman refermera la saison par un exaltant programme choral.

En accompagnement de cette programmation, un cycle de rencontres appelé « Promenade orchestrale » vous propose parallèlement des conférences, des ateliers et des rencontres avec des artistes et musicologues.

Comme vous le voyez, il y en a encore pour tous les goûts. Il n’est que temps de célébrer en musique l’hymne à la vie, car c’est une certitude, vivre sans musique est tout simplement impossible !

Philippe Grison, Directeur Général